Ce premier webinaire disponible en replay a donné lieu à des échanges éclairant sur la situation actuelle et à venir des professionnels du froid.

Reprise des chantiers d’installation ; approvisionnements en matériel et composants ; relations installateurs-fournisseurs au regard de l’assurance-crédit ; mutations à venir pour la filière, sont autant de thèmes qui ont fait l’objet de discussions lors du webinaire organisé par la Rpf le 12 juin en début de matinée (et disponible en replay). Jean-Luc Carré, président national du Snefcca, Claude Chiron, gérant du bureau d’études ACM à Nantes, Philippe Weber, président de la Commission Fournisseurs du Snefcca et Diego Lopez, Pdg de Beijer Ref France ont livré leur ressenti et expérience de la crise sanitaire actuelle. «  Aujourd’hui, à part la cuisine professionnelle qui n’est toujours pas dans une perspective de redémarrage serein, en froid, seuls les très gros chantiers sont arrêtés, sinon la maintenance est plus que jamais assurée. Tout comme elle l'a été à 90 % au plus fort de la  crise », a relevé Jean-Luc Carré qui a souligné le rôle très actif et solidaire du syndicat pendant le confinement. De son côté, Claude Chiron note une reprise soit très molle soit très rapide. « Auparavant, la question principale était de savoir si l’on continuait ou non les chantiers. Aujourd’hui les difficultés que l’on rencontre sont plutôt d’ordre administratif. »

Report du surcoût

S’est également posée la question du report ou non du surcoût lié à la mise en place de mesures sanitaires sur les interventions et les chantiers engagés. L’État s’interrogeant actuellement sur la prise en charge de ces surcoûts. Pour Claude Chiron, il y a bien eu un surcoût en rapport avec les EPI, le phénomène de coactivité ou encore de perte de temps mais qui a pu être atténué par l’adaptation des plannings. Plus globalement pour Jean-Luc Carré : « Certaines entreprises déposeront probablement le bilan. Le moment crucial sera sans doute au moment du remboursement du prêt PGE. »

En ce qui concerne les approvisionnements, Philippe Weber a sondé au préalable les fabricants membres du Snefcca. Selon ces retours, les approvisionnements seront tenus à 90 % d’ici fin juin avec tout au plus un allongement des délais. Ceci s'explique grâce à une continuité à minima des productions qui ne se sont jamais totalement arrêtées, même dans les pays les touchés. Selon les mêmes fabricants, il n’y aura pas d’impact financier lié directement ou indirectement au Covid-19.

Côté distribution, Diego Lopez a indiqué ressentir une rupture des produits venant de Chine (en climatisation tout particulièrement), des délais supplémentaires et une tension au niveau des produits européens notamment italiens. Il s’est cependant voulu rassurant : « Nous sommes capables de répondre à l’intégralité des demandes et de fournir une alternative, si cela ne répond pas exactement à la demande initiale de l’installateur. »

Assurance-crédit

Jean-Luc Carré s’est très montré très inquiet par rapport aux conséquences liées au dispositif de l'assurance crédit  : « Qu’elle soit petite ou grande, chaque entreprise se voit attribuer une cotation. Une entreprise peut très rapidement être mal notée parce que sa couverture financière est anticipée comme plus faible. Or, les fournisseurs sont très attentifs à ces indicateurs financiers. Il faut donc bien veiller à transmettre le maximum d’informations sur son entreprise aux organismes d’assurance-crédit pour limiter le risque d’être pénalisé. Un manque de transparence vis-à-vis d'eux peut se révéler encore plus préjudiciable». Le distributeur Diego Lopez d’enchaîner : « Le dispositif englobe un encours donné à l’installateur qui ne devrait pas bouger cette année. Son impact se fera sentir l’année prochaine au moment de la lecture des bilans. » Mais il confie que cela fait déjà longtemps que sa société ne travaille plus avec les assurances crédits, au risque sinon d'arrêter tout commerce... Sa société préfère désormais travailler de manière personnalisée avec les installateurs à qui elle demande les bilans. Dans l'immédiat, Diego Lopez constate cependant un retard très fort des paiements « Une grande partie de l’activité des fabricants passe par les distributeurs. Ce sont eux qui vérifient la solvabilité des installateurs pour le paiement des différentes commandes, a poursuivi Philippe Weber. Pour les ventes directes il s’agit principalement de partenariats entre de gros fabricants et de gros installateurs. Dans ce cas-là, l’approche est basée sur la confiance. »

Pour l’après Covid-19, Claude Chiron espère voir une accélération de l’installation de solutions frigorifiques vertueuses d’un point de vue environnemental et de nouvelles façons de travailler. Le vœu est aussi de voir des approvisionnements plus locaux… Ce qui, contrairement à la climatisation ; est déjà le cas en réfrigération dont les produits sont surtout sourcés en Europe, confient distributeurs et fabricants. Ce qui explique que ceux-ci n'envisagent pas de relocaliser leur production mais en revanche ont revu leur organisation, conclut Philippe Weber.

À noter que le webinaire est désormais disponible en replay dans son intégralité sur le site de la Rpf à partir de ce lien.