Si tout le monde s’accorde à dire qu’il n’existe pas de fluide frigorigène « universel », en revanche les différentes solutions aujourd’hui disponibles ont leurs fervents défenseurs et leurs farouches opposants. Pour l’heure, c’est surtout entre le CO2 et les HFO que le clivage est le plus marquant. Pour autant y aura-t-il un grand gagnant ?  

Il n’y a pas si longtemps, dans le monde d’avant, celui où la F-Gas n’existait pas encore, nul besoin de se poser beaucoup de questions pour aborder une installation… En dehors de l’ammoniac qui avait ses spécialistes et ses domaines d’application quasi réservés, la plupart des réalisations s’effectuait à base de HFC dont l’effet de serre n’était, à l’époque, pas une priorité… Autre temps, autre valeur ! Avec l’entrée en vigueur de la F-Gas en Europe, le GWP des fluides frigorigènes est devenu l’une des préoccupations majeures. D’où le retour en grâce du CO2, dans lequel beaucoup, surtout au début de son renouveau, ont cru percevoir le Graal des frigoristes. Ce R 744 aux multiples qualités, n’en a pas moins donné certaines sueurs aux installateurs qui ont dû se former et apprendre à l’apprivoiser, surtout au plus chaud de l’été. Dans le même temps, les chimistes ne sont pas restés les bras croisés et ont élaboré une nouvelle génération d’HFC insaturés. Les HFO étaient nés avec leur promesse d’être beaucoup facilement décomposables dans l’atmosphère que leurs aînés. Du fait de leur légère inflammabilité, qu’il était impossible de catégoriser selon les normes jusqu’ici en vigueur, leur commercialisation a débouché sur la création de la classe A2L, qui rebat les cartes de leur utilisation dans certains lieux et installations. De son côté, classifié A1 (ininflammable et faiblement toxique) le CO2 poursuit sur sa lancée et multiplie les avancées technologiques pour se défendre sur le terrain de l’efficacité énergétique. Car aujourd’hui, au-delà du seul GWP, c’est bien désormais ce critère que les spécialistes demandent aussi de bien étudier.

Dossier réalisé par Pierre Le Mercier :

CO2 / HFO : Portraits croisés

- Pour Vauconsant, le R 455A allie sécurité et performance 

- Solutions pour la GMS Que coûtera demain, un choix d’aujourd’hui ?

- CO2 et HFO à l'épreuve de la récupération de chaleur 

- Distributeur « L’important est d’avoir une approche globale »