Qui dit A2L dit faible inflammabilité. Ce qu'il convient de prouver au plus septiques. C'est ce à quoi s'attache à faire notamment Mark Mitcell sur la Toile dans une vidéo YouTube...
Enfant de toutes les réglementations environnementales qui encadrent les fluides frigorigènes, et notamment la F-Gas, cette classe de fluides ne cesse de voir ses effectifs augmenter. Et ceci a contrario maintenant des HFC aux GWP les plus élevés. Ces nouveaux postulants n'en cherchent pas moins à mieux se faire connaître afin de s'imposer encore d'avantage.

" Qu'est-ce qu'il fait, qu'est-ce qu'il a, qui c'est celui-là ? "

Avouons-le, cette rengaine du début des années 70 n'a pas manqué d'accompagner l'arrivée récente des fluides frigorigènes A2L dans l'univers de la réfrigération et de la climatisation ... Il faut dire que voilà quelques décennies déjà que l'on s'était habitué à utiliser des HFC saturés, fluides synthétiques de la classe 1, sans trop se poser problème, ces derniers en soulevant eux-mêmes, à l'époque, assez peu! Au-delà de leur absence de toxicité et d'ininflammabi­lité, c'était sans prendre en compte alors leur pouvoir de réchauffement planétaire (PRP ou GWP en anglais) du fait de leur effet de serre, que les réglementations environnementales ont du coup intégré dans l'optique de frei­ner au plus vite et autant que faire se peut le réchauffement climatique. Des compétences des chimistes, qui n'ont pas attendu les inter­dictions des HFC àfort GWP que l'on connaît aujourd'hui, sont nés il y a quelques années ces fluides aux nouvelles caractéristiques qu'il a fallu rentrer dans une classification devenue de ce fait même inadaptée. Si avec la reconnaissance au niveau international de la classe A2L, la percée des nouveaux fluides ainsi catégorisés semble bien se concrétiser, il reste encore pour leurs développeurs à en faire connaître tous les atouts. Outre leur relative facilité de mise en œuvre, àl' exemple de ce qui caractérisait leurs prédécesseurs, ces fluides font bien sûr valoir leur faible voir très faible GWP, mais se targuent surtout de leur efficacité énergétique élevée. Et ceci sous toutes les latitudes et dans un maximum d'applications.

Dossier réalisé par Pascal Poggi :

« Au-delà du seul fluide, penser efficacité énergétique »

Ce « légèrement » inflammables, lourd d’impact Réglementation

Des outils pour bien appréhender les A2L

Les A2L en question