Simon Lor-Sow  (à droite)et Mickaël Bellet (à gauche) sont les experts Worldskills Froid pour cette année 2024 accompagné (au centre) par les jeunes compétiteurs, Emilien Chalons et Maxime Armange DR
Simon Lor-Sow (à droite)et Mickaël Bellet (à gauche) sont les experts Worldskills Froid pour cette année 2024 accompagné (au centre) par les jeunes compétiteurs, Emilien Chalons et Maxime Armange
Une certification pour les experts Worldskills vient d’être validée par France Compétence, elle est valable trois ans et permet ainsi la reconnaissance de ce travail d’accompagnement

« Cette reconnaissance était attendue », explique dans un communiqué Florence Poivey, présidente WorldSkills France. En effet, France compétence vient d’enregistrer la certification « Accompagner et promouvoir l’excellence métier » au Répertoire spécifique pour une durée de trois ans. Cette certification a été mise en place afin d’attester « l’acquisition par les experts métiers de compétences transversales propices à la valorisation de leur métier à travers l’accompagnement des jeunes compétiteurs ».

Pour accéder au programme « expert » de Worldskills France, il faudra réaliser un parcours de formation dans le but de monter en compétence. Ce parcours d’une durée de 280 heures et 40 jours a pour « objectif initial est de les aider à transmettre, de manière pédagogique, leur expertise aux compétiteurs. Le programme s’articule également autour de la maîtrise de l’anglais, des outils informatiques et de la gestion de projet ».

La présidente de Worldskills France, ajoute que cette certification « pourra être un déclic d’évolution de carrière » pour les experts qui épaulent les compétiteurs tout au long de l’année. Ils pourront, grâce à cette certification, « devenir coordinateurs pédagogiques pour ceux qui sont dans des organismes de formation » par exemple.

Le rôle d’expert Worldskills est important pour les jeunes participants, mais il est aussi, pour l’organisation, une opportunité pour ces métiers en tension d’être identifié sur le marché du travail. Ce rôle améliore également la transmission du savoir-faire de génération en génération, allant même favoriser la réputation des filières auprès des demandeurs d’emploi ou des jeunes.