Swep, pour sa part, généralise la conception asymétrique des plaques pour obtenir un échange de chaleur optimal côté réfrigérant et une chute de pression minimale au secondaire. Baptisée AsyMatrix, cette conception réduit la chute de pression au secondaire. La conception d’un BPHE – le monde du froid et de l’échange thermique est avide d’acronymes : Brazed Plate Heat Exchanger ou échangeurs à plaques brasées – AsyMatrix n’est donc plus contrainte par la chute de pression. Ce qui permet de réduire le nombre de plaques. AsyMatrix réduit le volume du fluide primaire jusqu’à 30 %, les voies de circulation étroites du réfrigérant augmentent le transfert de chaleur et l’efficacité thermique. La chute de pression au secondaire est réduite d’environ 30 % elle aussi. Ce qui permet de réduire la puissance de la pompe.

Pour mieux résister à l’entartrage et à la corrosion, les constructeurs ont également développé des revêtements de surface sur les plaques de leurs échangeurs. Chez Swep, par exemple, Sealix apporte une protection supplémentaire contre l’entartrage et la corrosion pour les circuits d’eau potable. À base de dioxyde de silicium (SiO2), le revêtement Sealix de Swep, appliqué sur toutes les faces d’un échangeur à plaques brasées en contact avec l’eau potable, réduit corrosion et entartrage, augmente la disponibilité et la durée de vie de cet équipement.

Enfin, avec le développement du CO2, Christophe Weber a observé l’apparition de plaques plus épaisses dans les échangeurs à plaques brasées, pour résister aux pressions de 100 à 140 des circuits CO2.

">